Nourrir votre bébé

Nourrir votre bébé

Les notions de nutrition adéquate devraient commencer au cours des premières années de la vie.

Une alimentation saine est fondamentale dans le soin des enfants et est l’un des outils essentiels pour permettre une croissance et un développement normaux.

C’est à ce moment-là qu’il faut acquérir de bonnes habitudes alimentaires.

Alimentation prénatale

L’alimentation d’un enfant commence lorsqu’il est dans le ventre de sa mère, c’est pourquoi il est important d’acquérir de bonnes habitudes alimentaires.

À la naissance, l’apport constant de nutriments que le fœtus reçoit par le sang du cordon ombilical est suspendu. Le nouveau-né apprend alors à se nourrir lui-même en tétant et en avalant régulièrement pour répondre à ses besoins.

L’une des premières décisions de la mère est sans aucun doute la façon dont elle va nourrir son enfant.

Allaitement (allaitement maternel)

Le lait maternel est l’aliment idéal pour votre bébé pendant les 6 premiers mois de sa vie, car il contient la combinaison parfaite de nutriments et répond donc à tous ses besoins nutritionnels. De plus, il fournit des défenses naturelles au nouveau-né, réduisant ainsi le risque de réactions allergiques ou d’infections bactériennes.

Le colostrum est une sécrétion mammaire post-partum qui dure environ 2 ou 3 jours ; son volume est rare, mais très nutritif, il est particulièrement riche en protéines et anticorps, ce sont ceux qui transfèrent l’immunité et protègent le bébé d’éventuelles infections ; c’est pourquoi si vous envisagiez d’allaiter votre bébé, vous devez le faire le plus tôt possible après la naissance.

Chaque pipe doit comporter une aspiration des deux côtés pour stimuler la production de lait. Il est généralement recommandé d’alterner le côté avec lequel vous commencez à allaiter et d’égaliser le temps pour chaque sein pendant la journée. Au troisième jour postnatal, une fellation peut durer environ 10 minutes ou plus d’un côté.

Quelles sont les alternatives si l’allaitement n’est pas possible ?
Lorsqu’il est réellement difficile d’approvisionner le nourrisson en lait maternel, l’aliment de substitution doit être de la meilleure qualité possible et adapté aux besoins fonctionnels de l’enfant. Les préparations pour nourrissons industrielles produites par des usines dont l’aptitude est reconnue peuvent être administrées en remplacement.

Dans cette situation, vous devriez consulter votre pédiatre, qui vous conseillera et vous recommandera la méthode la plus appropriée pour votre bébé.

Il y a fondamentalement 3 types de formules sur le marché :

Formules pour prématurés : spécialement conçues pour ces bébés.

Lait maternisé « de début », entre le premier et le sixième mois de vie.

Les laits maternisés appelés « laits de suivi » ou laits de suite qui sont donnés entre 6 et 12 mois de vie.

L’American Academy of Pediatrics recommande aux mères qui doivent cesser d’allaiter leurs seins d’utiliser des préparations pour nourrissons enrichies de fer au lieu de lait de vache jusqu’à ce que l’enfant ait environ un an.

Le lait de vache ne convient pas au bébé car il fournit trop de sodium, de protéines et de phosphore, ce qui peut être nocif pour les reins d’un nourrisson qui n’a pas atteint une maturité suffisante pour éliminer l’excès de ces nutriments. Elle peut également causer une anémie ferriprive, car elle cause des lésions dans le tube digestif et des saignements possibles (c.-à-d. des saignements microdigestifs) ; on parle alors de perte de sang occulte dans les selles. De plus, les nourrissons nourris au lait de vache présentent un risque accru d’allergies alimentaires aux protéines du lait, une plus grande prédisposition à la déshydratation et un risque accru de diarrhée.

Conclusion : ne donnez pas de lait de vache entier aux enfants de moins de 1 an et surtout aux nourrissons de moins de 6 mois.

À quelle fréquence devez-vous nourrir votre bébé ?

En général, un enfant est considéré comme bien nourri au cours des premières semaines de sa vie s’il reçoit au moins six tétées par jour et dort bien entre les repas. Cependant, il est également important de compter les couches mouillées quotidiennement (au moins 6), le nombre et la quantité de selles et le gain de poids au fil du temps.

Certains bébés sont nourris jusqu’à 12 fois par jour. Il est alors recommandé de nourrir l’enfant de moins de 6 mois à la demande (c’est-à-dire quand vous voulez et autant que vous voulez), si vous allaitez ; et si vous allaitez au biberon en général 6 à 8 portions par jour sont considérées suffisantes. Au fur et à mesure qu’il grandit, les intervalles s’allongent.

Les bienfaits du lait maternel
De toute évidence, l’allaitement maternel exclusif est considéré comme « l’aliment idéal » pendant cette période, car il fournit la qualité et la quantité de nutriments spécifiques pour le nourrisson. L’allaitement maternel est sans aucun doute le moyen le plus approprié et le plus naturel pour la mère et le bébé, car il renforce le lien entre la mère et l’enfant, entre autres avantages multiples.

C’est pourquoi, si possible, tous les enfants devraient recevoir du sein comme seul aliment et boisson de la première heure après la naissance jusqu’à l’âge d’au moins 4 à 6 mois. La protection immunitaire et non immunitaire assurée par le lait maternel humain se traduit par une incidence plus faible d’infections gastro-intestinales et respiratoires chez les nourrissons allaités. Il est important de noter qu’un bébé allaité n’a pas besoin de liquide supplémentaire.

Au cours des premiers mois de la vie de votre bébé, le lait couvrira tous les nutriments dont il a besoin pour grandir. Si des suppléments de fer, de vitamine D ou de tout autre élément nutritif nécessaire sont nécessaires, le pédiatre évaluera chaque situation particulière. Ne lui administrez rien tout seul sans le consulter.

« Le maintien de la pratique de l’allaitement maternel comme moyen d’améliorer la santé et la nutrition des nourrissons et des jeunes enfants est une préoccupation prioritaire de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Après cette étape exclusive de l’allaitement, le nourrisson devra recevoir d’autres aliments en plus du lait maternel.

C’est à l’équipe soignante – déterminée par le pédiatre – d’indiquer le bon moment pour procéder à l’incorporation des aliments solides.

Ce processus est essentiel au développement de chaque enfant, car il correspond à la première étape sur la voie d’une alimentation complète et variée qui doit être reçue tout au long de sa vie.